Grace à Food Saga retrouvez des recettes d’origines telles qu’elles étaient conçues à leur époque.

Un voyage dans le temps pour faire revivre des saveurs oubliées.

Ce plat, qui nous vient du Moyen-Age, a subi de nombreuses transformations et évolutions. A l’origine, un plat rustique, sinon rustre, d’un ragout de mouton avec navets et pommes de terre qui va évoluer, se peaufiner, tout en gardant son charme rassasiant et familial.

A l’origine, c’était un beurre. Mis au point par un Officier de Bouche du roi Louis XIV, Audiger, qui le dédia par courtoisie et intérêt à Colbert, le deuxième personnage du royaume, pourtant peu enclin aux plaisirs de la table. Ce beurre pommadée et parfumée était utilisé sur les poissons blancs dont le merlan.

Cette légendaire pâtisserie alsacienne a beaucoup évolué à travers les siècles. Food Saga www.foodsaga.fr vous donne la recette proche de l’originale. Un gâteau pour se régaler en famille.

Food Saga, vous livre la première recette de la blanquette de veau telle qu’elle est apparue pour la première fois dans le livre de Vincent La Chapelle en 1735 dans son livre « Le Cuisinier Moderne ».
Pour le plaisir de retrouver les saveurs d’origine de cette recette qui a traversé les âges.

Le nom « à la bordelaise » a peu de chose à voir avec Bordeaux si ce n’est la présence de vin rouge de Bordeaux dans la recette. Elle fut créée à Paris et Auguste Escoffier le premier utilisa ce terme. La mode, au XIXème et XXème siècles, voulait que les viandes rouges et blanches soient accompagnées de sauces.

Puisque dans la plupart des cas, cette salade est devenue un fourre-tout de divers légumes n’ayant aucune raison de s’y trouver (haricots verts, pommes de terre, fèves, salade, vinaigrette…), Food Saga vous délivre la véritable recette dûment estampillée par la tradition niçoise.

Cette recette typique du Vaucluse et d’Avignon est entourée d’un mythe lié à la présence des Papes dans la ville au XIVème siècle. En réalité, le créateur de ce plat est demeuré inconnu, mais il n’en reste pas moins que cette recette est un pur délice dans sa version originale.

Ce champignon, la barigoule, a finalement donné son nom pour désigner ce plat typique des terres intérieures de la Provence. Au fil du temps, le barigoulo a disparu des forêts et des sous-bois pour de multiples raisons. Il est remplacé aujourd’hui soit par des lactaires délicieux, soit, dans le nord de la France, par le champignon de Paris.

Le clafoutis est né dans le Limousin, région où poussait un très grand nombre de cerisiers. Une nouvelle preuve que les recettes paysannes naissent de la conjonction entre un climat, un terroir, et les produits qui en découlent. Le savoir-faire de l’homme fait le reste.

Ce dessert, qui demeure un des dix préférés des français, est né d’un inconnu. Il apparait dans les années 1930, sûrement dans une grande brasserie parisienne. Le coup de génie est de mêler le chaud et le froid dans un adorable petit chou croquant. Irrésistible.

Cette célèbre recette a été victime de son succès. A travers le temps, elle a subi des transformations et des rajouts de produits qui l’ont éloigné du goût original de ce beau plat populaire. Nous vous livrons ici la vraie recette.

L’origine de ce plat, convivial et familial par essence, se perd dans la nuit des temps. Pas de chef, pas de régions particulières pour sa naissance, mais un plat de paysans sans aucun doute.  Le plat a certes évolué au fil des siècles mais nous donnons ici la recette la plus proche de la version du XVIIIème siècle.

Ce dessert, qui demeure un des dix préférés des français, est né d’un inconnu. Il apparait dans les années 1930, sûrement dans une grande brasserie parisienne. Le coup de génie est de mêler le chaud et le froid dans un adorable petit chou croquant. Irrésistible.

L’Aïoli est avant tout une mayonnaise à l’ail, mais c’est beaucoup plus que ça. Un véritable repas, un rituel, une fête de famille ou de village, où tout le monde se retrouve autour du mortier et du pilon qui trônent au centre de la table.
La recette semble immuable et on ne voit pas de raisons de la changer.

Ce dessert, qui demeure un des dix préférés des français, est né d’un inconnu. Il apparait dans les années 1930, sûrement dans une grande brasserie parisienne. Le coup de génie est de mêler le chaud et le froid dans un adorable petit chou croquant. Irrésistible.

Copy link
Powered by Social Snap